×
Catégorie : Engagement citoyen Crise sanitaire et mobilisation citoyenne Crise sanitaire et mobilisation citoyenne
Crise sanitaire et mobilisation citoyenne

Près de 2 millions de contributions en ligne lors du Grand débat national, des dizaines de milliers de réunions locales, courriers et courriels reçus ; 150 citoyens tirés au sort pour participer directement à la Convention citoyenne pour le climat ; 8 700 contributions sur la plateforme collaborative en ligne « le jour d’après » ouverte début avril en pleine crise sanitaire ; lancement de la consultation citoyenne du CESE sur l’hôpital de demain…[1]

Des chiffres sans équivoque et une multitude d’initiatives qui montrent que la participation citoyenne s’installe progressivement dans le débat et la décisions politiques, aux côtés de la parole des élus et du point de vue des experts. Comme si notre système renouait avec ses principes démocratiques fondamentaux et que l’on reconnaissait aux citoyens une capacité à prendre part à la vie publique, intelligemment, légitimement, pour éclairer la recherche de l’intérêt général, loin des représentations d’un peuple indomptable, soumis aux seules passions tristes.

La crise l’a encore plus fortement montré. Au-delà des Français en première ou seconde ligne, c’est aussi cette troisième ligne, formée de citoyens « ordinaires », qui s’est très vite organisée pour créer de nouvelles solidarités ; en bref, se mobiliser et contribuer, chacun à sa mesure, à sa hauteur, dans la lutte contre l’épidémie. En témoigne notamment le succès de la plateforme jeveuxaider.

Alors, contrairement aux apparences qui pourraient laisser penser que la gestion de crise ne se résout pas grâce au débat démocratique car le temps des décisions y est trop court, les enjeux trop complexes, les responsabilités trop grandes, la période semble avoir renforcé en réalité la volonté des citoyens de prendre part aux débats, comme à l’action collective, et qu’il fallait même compter sur la force de mobilisation populaire.

Mais si les propositions qui émergent sont le signe bien réel de la vitalité démocratique qui anime tous les territoires, seront-elles finalement écoutées et suivies pour décider des politiques publiques à venir ? Et plus encore, le principe de participation directe et continue des citoyens aux choix de société, économiques, environnementaux, etc. fera-t-il désormais partie intégrante du processus institutionnel en place – au-delà des temps forts électoraux ? Vœux pieux ou lettre morte, chambre du futur, tirage au sort ou consultation systématique, etc. Qu’en sera-t-il ? C’est ce que nous observerons attentivement.

[1] Les modules de consultation, tous sujets confondus, se sont largement développés ces dernières années et plus particulièrement ces derniers mois. Citons par exemple « Notre nouvelle vie », « Demain est près de chez vous », « Et après ? », « reCOVery » rencontrent également un certain succès ; la consultation « Comment inventer tous ensemble le monde d’après ? », lancée le 10 avril par la Croix-Rouge française, le WWF France, Make.org et le Groupe SOS, dont les résultats seront publiés le 29 mai, a, elle, réuni 100 000 participants, qui ont déposé 20 000 propositions appelant essentiellement à protéger l’environnement et à repenser les modes de production et de consommation.
Réagissez en 160 caractères… et si vous avez besoin de plus d’espace, n’hésitez pas à nous envoyer votre contribution par e-mail à 11mai2020@equancy.com, nous la republierons ici.

Marinette VALIERGUE

Par Marinette Valiergue

Consultante sénior chez Equancy&Co