×
Catégorie : Veille Revue media de la semaine Revue media de la semaine
Revue media de la semaine

Tour d’horizon des réflexions mises en avant cette semaine dans la presse sur nos quotidiens à l’ère du reconfinement.

CULTURE, SPORT & LOISIRS

«  La culture nous permet de retrouver des horizons », interview de Mathieu POTTE-BONNEVILLE, philosophe et directeur du département culture du Centre Pompidou
L’Humanité (Marie-José SIRACH)
On est passé d’une économie de la rareté à une économie de la pléthore. Les temps à venir soulèvent cette question. La culture va être convalescente, économiquement, le soutien de l’État va s’arrêter. Il s’agit de redémarrer lentement et de veiller à laisser des trous pour laisser la place à l’imprévu, à l’incertitude. La culture est ce qui nous permet de retrouver des horizons et d’avoir de la suite dans les idées.

« C’est quoi, un produit essentiel ? », tribune de Vincent CHARBAUL, sociologue
Le Télégramme (François DESTOC)
Vincent CHABAULT, sociologue spécialisé dans le commerce et la consommation dénonce l’égalitarisme par le bas qui a guidé la fermeture des rayons livres, entre autres. « Et au lieu de dire que les libraires sont essentiels, on est revenu vers les premiers de corvée qui ont bâché les rayons ». Il est le premier à s’en navrer. Des fois, l’essentialité se passerait bien d’essentiels ponctuels.

 

TRAVAIL

« Le télétravail creuse les inégalités entre les travailleurs, entre les sexes, entre les pays »
Le Monde (Marie CHARREL)
« Même dans le commerce, la possibilité de travailler depuis le foyer est bien plus forte dans les pays riches ». Dans sa chronique, Marie Charrel rapporte les conclusions d’une étude du FMI pointant le risque d’accroître les écarts de revenus entre les professions selon leur accès au numérique à distance, mais aussi entre les pays.

 

MOBILITE

 « De cette pandémie doit naître un code mondial du voyage », tribune de Jean VIARD, sociologue et directeur de recherche associé au Cevipof/CNRS
Le Monde
Avant la grande pandémie, un humain sur cinq franchissait une frontière chaque année. La crise sanitaire a figé tout cela. Jean VIARD défend la thèse de la nécessité d’une politique touristique, avec des règles et des contrôles, permettant d’accompagner la reprise de l’activité, tout en préservant les cultures et la nature, objets même du voyage.

 

SANTE

« Le toucher face au Covid-19 : nos corps plongés « dans une zone de turbulences » après la crise sanitaire »
France culture (Maïwenn BORDRON)
Nos gestes se sont modifiés avec l’apparition de la pandémie de Covid-19. Nous les retenons, les transformons en tentant de les adapter aux contraintes liées à la crise sanitaire. Les coudes ont par exemple commencé à se toucher pour remplacer la poignée de main ou la bise. Ces nouveaux gestes ou cette absence de gestes vont-ils perdurer une fois la crise sanitaire terminée ? Quelles peuvent donc être les conséquences psychologiques et physiques de la privation du toucher sur nos corps ? Éléments de réponses avec des spécialistes du corps et de la communication corporelle.

 

DIVERS

« Contre le Covid-19, quelle est notre part de responsabilité individuelle ? La philosophie aide à y voir plus clair »
HuffingtonPost (Marine LE BRETON)
Si en tant qu’individu, nous ne sommes sur cette Terre qu’un grain de sable, au cœur de la pandémie de Covid-19, notre rôle à jouer peut sembler gigantesque. Mais quelle est véritablement notre part de responsabilité dans la gestion de la crise sanitaire ? Dans quelle mesure joue-t-elle un rôle prépondérant par rapport à la responsabilité de l’État ? La philosophie permet d’y voir plus clair. 

« Economistes face à la deuxième vague du Covid-19 : bienvenue au concours Lépine »
Regards.fr (Bernard MARX)
Philippe AGHION, professeur au Collège de France, ayant contribué à la conception du programme d’Emmanuel MACRON en 2017 et Christian GOLLIER, directeur générale de Toulouse School of Economics ont expliqué que face à l’épidémie, deux stratégies ont été appliquées. En réalité, face à l’épidémie, il n’y a pas eu seulement deux modèles. Sans parler des cas de l’Inde, ou des pays d’Afrique, il y a eu aussi le modèle « go sans véritable stop », avec des variantes différentes aux États-Unis, au Brésil, au Mexique ou en Suède. Bernard MARX nous explique pourquoi, cette crise est une affaire trop sérieuse pour laisser le débat dans l’espace confiné à de tels économistes. 

 

Par Equancy&Co